85

79

Comment se déroule le suivi médical durant la période de confinement pour lutter contre covid19

Céline Dufranc

19/03/2020

Pour savoir comment faire face au coronavirus avec votre enfant atteint de cancer, qu’il soit à l’hôpital en chimiothérapie ou à la maison, suivez les conseils du Dr Daniel Orbach, pédiatre, directeur adjoint du centre d’Oncologie pédiatrique Siredo à l’Institut Curie  et Catherine Vergely, Secrétaire Générale de l'Union nationale des associations de parents d'enfants atteints de cancer ou de leucémie (Unapecle).

S’ADAPTER AU MIEUX EN PRENANT DES PRECAUTIONS INDISPENSABLES

Réponses aux questions des parents

Comme beaucoup de parents, depuis le confinement, vous vous posez beaucoup de questions sur les conséquences du coronavirus durant le traitement de votre enfant. C’est le cas d’Emilia, la maman de Jeanne, opérée trois semaines plus tôt, après six mois de chimiothérapie. « Au début du confinement, je me suis tout de suite dit que mon enfant était plus vulnérable qu’un autre face au Covid-19 alors nous avons redoublé de prudence à la maison, en suivant les consignes à la lettre. Ma première angoisse était de savoir comment cela allait se passer quand Jeanne serait obligée d’aller à l’hôpital : est-ce que ce ne serait pas risqué ? », raconte-t-elle. « J’ai été très vite rassurée par le courriel envoyé par l’équipe qui la suit à Paris, nous indiquant que les rendez-vous allaient être réorganisés mais que notre fille serait suivie ».

Comment savoir si mon enfant atteint de cancer a plus de risques ?

Une immunité protectrice naturelle face au Covid-19

Pour le Dr Daniel Orbach, « il est bien légitime que l’angoisse des parents augmente en ce moment mais nous devons d’abord les rassurer sur le fait que très peu d’enfants développent des infections à COVID et qu’ils ne font quasiment pas de formes graves. Ils bénéficient d’une immunité protectrice naturelle, dont l’origine n’est pas très claire, même en cas de chimiothérapie : les hypothèses sont celles d’une immunité croisée entre des infections de la petite enfance et celle de ce virus ou d’une immaturité des récepteurs du virus dans la petite enfance, qui empêcheraient les virus de rentrer dans les cellules humaines à cet âge. Ce sont des porteurs sains, c’est-à-dire qu’ils peuvent avoir et transmettre le virus sans en avoir aucun signe. Raison pour laquelle il faut expliquer aux enfants que tout le monde doit se protéger de tous car certaines personnes peuvent être capables de transmettre le virus à leur entourage même si elles sont en pleine forme. Pour les aider à comprendre, n’hésitez pas à leur montrer des vidéos ou des BD sur les gestes barrières. » Dans cet article vous trouverez de nombreuses références utiles.

Comment adoucir l’hospitalisation ?

Se tourner vers d’autres moyens de communiquer et de se distraire

A l’intérieur de l’hôpital, vous pourrez constater que certaines choses ont changé mais que les soins continus se poursuivent. Ce qu’il faudra bien entendu expliquer à votre enfant, en lui rappelant que  ces changements sont momentanés, le temps de l’épidémie. Par exemple, les salles de jeux sont fermées. Les enfants ne peuvent plus se retrouver pour partager leur repas. Les activités des bénévoles, chères aux services de pédiatrie (clown, professeur d’arts plastiques, conteurs …), ont aussi été supprimées, de même que les activités scolaires. Rassurez votre enfant en lui disant qu’il pourra tout de même se promener dans les couloirs en portant un masque,  comme les soignants, qui se déplacent dans les services ou leur rendent visite, en respectant très scrupuleusement les mesures barrières (lavage des mains, utilisation de la solution hydro-alcoolique (SHA), respect des distances).

Dans certains hôpitaux, les éducatrices de jeunes enfants et d’adolescents-jeunes adultes essaient de maintenir certaines activités  ou soins de support pour que le temps paraisse moins long, parfois même à distance, via internet, pour les patients les plus grands. En attendant la fin du confinement, il faut vraiment profiter au maximum des outils de communication (tablettes, internet, mobile … et téléphone) pour permettre à votre enfant de rester en contact avec son entourage, que ce soit avec la famille, les copains et même les professeurs des écoles pour continuer sa scolarité ! On sait à quel point ces échanges, cette petite fenêtre vers l’extérieur, sont précieux pour lui.

De votre côté, en venant à l’hôpital, n’hésitez pas à prendre avec vous des objets (livre, jeux) pour vous occuper pendant ces quelques semaines. "Pour les parents venus de loin qui ne peuvent bénéficier des lieux d'accueil habituels à proximité de l'hôpital car certains  sont fermés, il existe des solutions alternatives : la  Fondation Adresse propose par exemple de leur faire  bénéficier de  logements vacants sur des durées réduites et à des tarifs très raisonnables. Pour cela, il faut s'adresser à l'assistante sociale qui les suit ou à l'UNAPECLE»

Comment faire à la maison en période de Covid-19 ?

Des mesures de protection renforcées seulement si l’on est fébrile

A la maison, si les mesures sont plus souples, il faut quand même adopter de bons réflexes, sans pour autant  bouleverser vos habitudes. « Il semble quasi illusoire d’isoler un enfant de sa famille à l’intérieur d’une maison pendant plusieurs semaines », reconnaît le Dr Orbach. A ce jour, hors de l'hôpital, le port du masque chez un enfant ne présentant pas de signes de détresse respiratoire n’est pas nécessaire. Les règles pour votre enfant en cours de traitement sont donc simples : ce sont les mêmes que celles de la population générale avec le respect des mesures barrières pour toute la famille vivant sous le même toit. La seule spécificité, si un adulte est malade dans la maison, c’est de faire en sorte qu’il limite les contacts rapprochés avec votre enfant, en lui demandant de mettre un masque, de se laver fréquemment les mains, au mieux avec du savon hydro-alcoolique ou à défaut à l’eau et au savon de Marseille, et ne pas « trop » toucher votre enfant. Il faut alors réserver les câlins pour … plus tard et vous pourrez alors doubler les doses ! Si votre maison ou votre appartement le permettent, il est préférable que la personne malade ne dorme pas dans la même pièce que votre enfant. C’est donc à l’adulte malade de s’isoler, plutôt qu’à votre enfant. Des mesures qui s’appliqueront aussi en cas de fièvre avec une toux chez les enfants, sans autre cause connue : chambre individuelle, masque, gants, en attendant les résultats du prélèvement ORL.

Vivre au mieux le confinement ? C’est possible.

Profiter des moments en famille pendant le coronavirus

« Depuis le confinement, après avoir fait les courses, j’ai un peu changé mes habitudes : je lave les produits non alimentaires  ou les emballages avec une lingette ou je les rince avec une éponge imbibée d’eau de javel diluée avant de les ranger dans le frigidaire ou le placard. Bien entendu, je passe les fruits et les légumes sous l’eau du robinet mais je le faisais déjà avant. Ce n’est pas non plus la psychose ! Nous sommes très sereins face à la situation et nous voyons le bon côté des choses : nous sommes tous ensemble et nous profitons encore plus de chaque moment. Après l’Ecole à la maison avec les plus grands, nous faisons des jeux tous ensemble. Puis vient le moment des Massages magiques: Jeanne adore ça ! ».
Emilia

Le contenu de l'article vous a aidé?

Trouvez l'aide qu'il vous faut

Articles recommandés

CONSEILS COVID-19

Des ateliers de massages
parents/enfants
tous les jours
sur youtube


Lire

CONSEILS COVID-19

Tout savoir sur le coronavirus
et le cancer de votre enfant


Lire

CONSEILS COVID-19

Comment bien/ou mieux
vivre le confinement
durant l’épidémie de Covid-19?


Lire