85

79

L’alimentation pendant le cancer : quelques conseils pour aider votre enfant.

Les effets secondaires physiques et émotionnels du cancer et de son traitement peuvent provoquer divers changements chez un enfant, notamment au niveau de son désir et de sa capacité à manger. Voici quelques effets secondaires physiques susceptibles d’altérer ses habitudes alimentaires :

  • Fait de se sentir mal ou de tomber malade (nausées et vomissements)
  • Bouche ou gorge douloureuse
  • Bouche sèche
  • Altération du sens du goût
  • Problèmes dentaires
  • Troubles intestinaux (diarrhée ou constipation)
  • Perte d’appétit
  • Prise de poids

Il arrive aussi que les enfants refusent de manger ou ne s’en sentent pas capables lorsqu’ils sont contrariés, anxieux, ou qu’ils ont peur. L’équipe médicale, diététicien(-ne) compris, travaillera main dans la main avec vous afin de veiller à un apport nutritionnel satisfaisant tout au long du traitement. Dans l’article suivant, vous trouverez également des conseils pour résoudre les problèmes les plus fréquents susceptibles d’altérer la capacité de votre enfant à manger

« Mon enfant ne se sent pas bien »

Votre enfant peut ne pas se sentir bien ou tomber malade pour bien des raisons, y compris le cancer lui-même, le traitement ou les médicaments qui lui sont administrés.

Que puis-je faire ?

  • Il existe de nombreux médicaments antiémétiques (contre les nausées et les vomissements). Demandez au médecin ou au personnel soignant de votre enfant lequel serait le plus adapté.
  • Évitez les odeurs fortes, elles tendent à favoriser les nausées. Évitez également les salles où l’atmosphère est renfermée ou étouffante. L’air frais peut aider à se débarrasser des odeurs de cuisine nauséabondes.
  • La nourriture froide ou à température ambiante sent généralement moins mauvais que cuite. Optez pour des fruits en conserve, des biscuits, du pain grillé, des yaourts, des céréales ou des glaces.
  • Encouragez votre enfant à manger et boire lentement.
  • Essayez de lui faire manger de petites quantités de nourriture tout au long de la journée : un peu, mais souvent, plutôt que trois grands repas. Testez aussi les boissons fraîches contenant des compléments alimentaires.
  • Sucer des bonbons durs, aux fruits ou à la menthe, ou des bâtonnets de glace peut aider. Le pain grillé et les biscuits au gingembre peuvent contribuer à apaiser l’estomac de votre enfant.
  • Cela fait du bien à certains enfants de siroter des boissons pétillantes : sodas au gingembre, coca, eau pétillante...
  • Évitez les aliments trop gras et huileux, ils tendent à favoriser les nausées.

« Mon enfant a la bouche ou la gorge douloureuse. »

La mucite, qui se traduit par des ulcérations (ou aphtes) dans la bouche, fait partie des effets secondaires fréquents de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Ainsi, votre enfant peut éprouver des difficultés à manger ou avaler.

Que puis-je faire ?

  • Si votre enfant a la bouche ou la gorge douloureuse, contactez son médecin ou le personnel soignant qui lui donnera des médicaments apaisants, sous forme de spray ou de bain de bouche.
  • Optez par exemple pour des aliments mous, comme des flans salés, des quiches ou des pâtes au fromage. Cela peut aider d’ajouter un peu plus de sauce à vos plats.
  • Évitez les aliments et boissons très chauds. Faites-les goûter tièdes, froids ou gelés pour déterminer quelle température est la plus supportable.
  • Votre enfant peut aussi avoir des difficultés à manger les aliments durs ou collants. S’il a des douleurs au niveau de la bouche ou de la gorge, il sera peut-être plus simple pour lui d’éviter les chips, le pain, les biscottes ou les purées d’oléagineux. Préférez les yaourts, les mousses, la glace et les crèmes dessert.
  • La nourriture salée, acide et épicée irrite les zones touchées par l’inflammation. Évitez les plats épicés, le piment, le poivre, la sauce tomate, les oranges et autres agrumes, les jus de fruits et les boissons pétillantes, le vinaigre, les chips, qui procurent une sensation de piquant.
  • Si l’inflammation est très forte au niveau de la bouche, essayez les aliments mixés (sous forme liquide) ou les soupes onctueuses.
  • Encouragez votre enfant à boire des compléments alimentaires et des milkshakes.

« Mon enfant a la bouche sèche. »

La radiothérapie, certains médicaments de chimiothérapie et les analgésiques (antidouleurs) peuvent dessécher la bouche. Ils risquent ainsi d’altérer les papilles et d’augmenter le risque de caries et d’infections buccales, comme le muguet (mycose).

Que puis-je faire ?

  • Demandez au médecin ou au personnel soignant de votre enfant quels bains de bouche et médicaments permettent de réduire le risque de muguet. Utilisez éventuellement de la salive artificielle et des pastilles.
  • Donnez à votre enfant des boissons froides à déguster lentement pour l’aider à humidifier sa bouche. C’est encore mieux si ces boissons contiennent de l’énergie ou des protéines : milkshakes, lait, boissons pétillantes, jus et sirops de fruits (chauds ou froids). La glace pilée, les bâtonnets de glace et les glaçons aromatisés à sucer peuvent aider.
  • Optez pour des aliments mous et humides contenant par exemple de la sauce ou de la crème.
  • Évitez les aliments secs, collants ou qui se mâchent, comme le pain, la viande froide et le chocolat.
  • Certains enfants trouvent efficace de sucer des bonbons, mâcher des chewing-gums sans sucre ou manger des agrumes. Si votre enfant a une inflammation au niveau de la bouche, donnez-lui des aliments salés ou au goût fort, contenant par exemple des arômes d’agrumes.

« La perception du goût de mon enfant a changé. »

La plupart des enfants voient leur perception du goût changer au cours de leur traitement. Ce peut être dû à la chimiothérapie, à la radiothérapie, aux médicaments, et parfois au cancer lui-même. Il arrive que le problème de bouche sèche touche aussi les papilles. Chez certains enfants, la perception du goût revient à la normale quelques semaines après le début du traitement, chez d’autres, après le traitement. Chez une minorité, il faut attendre un peu plus longtemps avant que la nourriture ne redevienne agréable au goût.

Que puis-je faire ?

  • Demandez au médecin ou au personnel soignant de votre enfant comment soigner ces problèmes, en particulier si la bouche et la gorge semblent recouvertes de blanc ou si la salive semble plus épaisse qu’habituellement.
  • Nombreux sont les enfants qui préfèrent les aliments au goût très salé, comme le jambon et la viande froide, le saucisson ou les chips.
  • Utilisez des fourchettes et cuillères en plastique. Les ustensiles en métal peuvent donner une sensation de goût métallique sur la langue.
  • Si votre enfant trouve que la viande rouge a un goût métallique, essayez le poulet, le poisson, les œufs, le fromage, les haricots blancs ou les légumineuses.
  • Aromatisez vos plats avec des herbes et épices au goût prononcé, des marinades, des sauces et des cornichons.
  • Si votre enfant n’aime pas le goût de la nourriture salée, proposez-lui des aliments plus doux.
  • S'il a un goût horrible dans la bouche en permanence, faites-lui sucer des bonbons aux fruits ou à la menthe pour le masquer. Les boissons au goût prononcé peuvent aussi aider.
  • Concentrez-vous sur la nourriture que votre enfant peut goûter et apprécier.  Les changements de perception des goûts ont tendance à aller et venir. Généralement, les enfants vont manger un type d’aliments précis par périodes de quelques jours ou semaines parce qu’ils sont meilleurs au goût. Ne vous inquiétez pas trop. Toutefois, si votre enfant évite un grand nombre de types d’aliments différents, demandez conseil à un (une) diététicien(-ne).

« Mon enfant a des problèmes dentaires. »

Certains traitements du cancer, comme les rayons au niveau de la tête ou du cou et la chimiothérapie à forte dose avant une greffe de cellules souches peuvent provoquer l’apparition de caries. De même, la consommation fréquente de goûters et aliments sucrés peut altérer la santé des dents de votre enfant.

Que puis-je faire ?

  • Encouragez votre enfant à se brosser les dents après chaque goûter et repas.
  • Allez régulièrement chez le dentiste.
  • Utilisez des brosses à dents souples, en particulier si les gencives ou les dents de votre enfant sont sensibles.
  • Veillez à ce que votre enfant se rince la bouche à l’eau tiède.
  • Limitez sa consommation de bonbons mous.

« Mon enfant a la diarrhée. »

Cela arrive parfois, en raison du traitement contre le cancer, de certains médicaments, comme les antibiotiques, et de problèmes intestinaux. Les diarrhées incontrôlées peuvent entraîner une perte de poids, une déshydratation, un manque d’appétit et une faiblesse.

Que puis-je faire ?

  • Parlez-en au médecin ou au personnel soignant de votre enfant. Ils essaieront de déterminer la cause de ces diarrhées et vous fourniront les médicaments nécessaires.
  • Encouragez votre enfant à boire beaucoup tout au long de la journée : lait, milkshakes, jus de fruits, soupe, thé, café, eau... Demandez conseil quant à la quantité de liquide recommandée pour votre enfant.
  • Essayez de repérer les symptômes de la déshydratation. Par exemple, sécheresse de la bouche, étourdissements, envie d’uriner moins fréquente, couleur foncée de l’urine, qui ne vient qu’en petite quantité.
  • Essayez de lui faire manger de petites quantités de nourriture et de petits goûters au lieu de gros repas (vous trouverez page 8 des idées de goûters) pour aider à la guérison de son estomac et de ses intestins.
  • Réduisez la quantité d’aliments riches en fibres, comme les fruits secs, les haricots blancs ou les lentilles. En effet, ils rendent les selles plus molles.
  • Demandez à votre diététicien(-ne), médecin ou personnel soignant si votre enfant doit éviter certains aliments en particulier. Consultez-les en cas de doute, quel qu’il soit.

« Mon enfant est constipé. »

La constipation peut être due au cancer de votre enfant, à son traitement ou à des médicaments, comme les analgésiques (antidouleurs). La plupart des enfants se sentent mal et refusent de manger lorsqu’ils sont constipés.

Que puis-je faire ?

  • Demandez conseil au médecin ou au personnel soignant de votre enfant. Ils essaieront de déterminer la cause de la constipation et vous fourniront les médicaments nécessaires, par exemple un laxatif.
  • Demandez au médecin, diététicien(-ne) ou personnel soignant de votre enfant quelle quantité de liquide il faudrait qu’il boive chaque jour afin de vous assurer qu’il bénéficie de l’apport nécessaire.
  • Veillez à ce que votre enfant boive une grande quantité de liquide tout au long de la journée : cela aide à ramollir les selles et contribue donc à la défécation.
  • Encouragez votre enfant à rester actif pour aider à maintenir les intestins en mouvement, donc en fonctionnement.
  • Il n’est pas toujours adapté de consommer des aliments riches en fibres quand la constipation est due aux médicaments ou au traitement. N’hésitez pas à en parler au (à la) diététicien(-ne), au médecin ou au personnel soignant de votre enfant pour savoir s’il serait bénéfique d’augmenter la quantité de fibres dans son alimentation. Il arrive que ce type d’alimentation rende l’enfant ballonné et cause des flatulences.

« Mon enfant a perdu l’appétit. »

Les moments d’inactivité, plus nombreux, constituent un facteur de prise de poids, peut-être parce que les patients ont moins l’occasion de faire de l’exercice, ou parce qu’ils ne s’en sentent pas l’envie. Certains médicaments utilisés au cours des traitements du cancer, comme les stéroïdes, peuvent être à l’origine d’une prise de poids. Les stéroïdes ont pour effet d’augmenter l’appétit. De plus, sous leur action, le corps fabrique du gras, et non du muscle, et se met à faire de la rétention d’eau. Toutefois, certains patients consomment tout simplement trop d’aliments riches en calories et matières grasses.

Que puis-je faire ?

  • Attendez de connaître la cause de la prise de poids avant de faire faire quelque régime que ce soit à votre enfant.
  • Si la prise de poids est attribuée aux stéroïdes, faites-lui adopter une alimentation sans sucres concentrés et sans sel ajouté.
  • Servez-vous de l’échelle de sensations de la faim.
  • Faites-lui faire de l’exercice régulièrement, sauf contre-indication.
  • Essayez d’identifier les causes émotionnelles et environnementales de cette surconsommation de nourriture.
  • Tentez de lui faire manger des aliments faibles en calories et riches en nutriments (fruits, légumes, légumineuses, poisson, etc.).

Il est fréquent d’avoir constamment faim et de surconsommer de la nourriture lorsque l’on prend des stéroïdes. Le personnel de l’hôpital sait comment gérer ce problème. En cas de doute, demandez conseil au médecin, au personnel soignant ou au (à la) diététicien(-ne) de votre enfant. Ils pourront vous donner des conseils et vous aider à gérer son appétit, une fois chez vous. De même, ils pourront éventuellement évaluer la posologie de son traitement aux stéroïdes pour voir si la dose peut être réduite.

Le contenu de l'article vous a aidé?