85

79

Les absences scolaires : que faire ?

Pour quelles raisons un jeune atteint de cancer manque-t-il l’école ?

Selon le protocole de traitement, il est possible qu’il doive s’absenter, parfois jusqu’à un ou deux jours par semaine.

En raison des effets possibles du traitement sur le système immunitaire, les enfants ont plus de risques de développer fièvre et infections. Il arrive qu’ils soient admis à l’hôpital pour un certain temps afin qu’on leur administre des antibiotiques permettant de lutter contre ces infections.

Certains parents craignent ce risque et finissent par surprotéger leur enfant ou être trop indulgents avec lui.

Il a été démontré que l’isolement social et les méchancetés provoquent une angoisse de séparation et une phobie scolaire chez certains enfants.

Montrez-vous rassurant

Les enfants et les parents ont besoin d’être rassurés : dites-leur que l’école est un lieu sûr où ils pourront trouver du soutien.
Si vous vous montrez compréhensif et faites savoir aux parents que vous avez bien conscience de leurs inquiétudes concernant les problèmes cités ci-dessus, vous leur donnerez confiance et les encouragerez à redoubler d’efforts pour parvenir à gérer le diagnostic et la maladie.

Apportez une aide supplémentaire

De plus, ils ont besoin de savoir que l’établissement scolaire est en mesure de mettre en place un soutien scolaire ou tout autre type d’aide afin d’aider leur enfant à rattraper les cours manqués.

Les résultats et la suite du parcours scolaire

D’une manière générale, les parents et l’enfant s’inquiètent de ce qui va se passer si ce dernier a beaucoup été absent et a accumulé du retard en fin d’année.

De toute évidence, il est extrêmement délicat de faire redoubler un élève atteint de cancer. Bien souvent, les professeurs se disent : « Tout de même, le pauvre enfant et sa famille ont déjà connu des moments très difficiles ». N’oubliez pas que la majorité des jeunes restent en vie pendant de nombreuses années.

Et lorsqu’ils se remettent et reprennent le fonctionnement normal de leur vie, il se peut qu’ils se trouvent particulièrement désavantagés si leurs progrès n’ont pas été mesurés de manière objective.

Même s’il n’y a pas de règle absolue dans ce cas, il est essentiel que le personnel de l’établissement travaille en concertation avec les parents, et éventuellement l’équipe médicale, lorsqu’il s’agit de prendre des décisions difficiles concernant les résultats et la suite du parcours scolaire.

Le contenu de l'article vous a aidé?