85

79

On vient de diagnostiquer un cancer chez mon enfant : comment gérer les sentiments et la peur que cela suscite ?

Mardi 25 mars 2014

7 min

Si vous venez d’apprendre que votre enfant est atteint d’un cancer, vous êtes probablement en état de choc et ne parvenez pas à y croire. Vous avez du mal à accepter cette nouvelle, à évaluer son impact sur le reste de votre famille et à comprendre ce que l’avenir réserve à votre enfant. De même, vous êtes sans doute terrorisé à l’idée de prendre les décisions qui s’imposeront. Vous vous sentez comme paralysé, incrédule. Colère, tristesse, culpabilité, peur, déni... toutes ces émotions douloureuses sont fréquentes et tout à fait normales pour des parents à qui l’on vient d’annoncer que leur enfant est atteint d’un cancer.

Concentrez-vous sur ce qui doit être fait

Cela peut sembler difficile à croire, mais la plupart des parents parviennent à se remettre de ces premières émotions en se concentrant sur ce qui doit être fait afin d’aider leur enfant et leur famille à surmonter cette période éprouvante. Vous connaissez votre enfant mieux que personne. Vous savez comment il gère les situations inhabituelles, ce qui lui fait peur, le rend triste ou heureux. Et vous savez comment l’aider à se détendre en cas de stress. En étant calme, affectueux, présent et rassurant, vous aiderez considérablement votre enfant à supporter son traitement.

Les sentiments et les peurs de votre enfant

Par ailleurs, il est important de laisser votre enfant exprimer ses peurs et son chagrin. Il doit sentir que vous êtes là s’il a besoin de parler de ce qu’il éprouve. Soyez honnêtes sur vos peurs et sentiments respectifs : que ce soit pour lui ou pour vous, tous ces échanges peuvent avoir un impact très positif sur votre bien-être et votre capacité à faire face.

Il n’y a pas de réaction normale ou anormale

Retenez bien qu’il n’y a pas de réaction normale ou anormale. La plupart des parents ont des hauts et des bas au cours du traitement de leur enfant. Certains jours, on a la sensation de bien gérer ses émotions, d’autres, on se sent complètement perdu, impuissant. Ce phénomène est parfois appelé « ascenseur émotionnel ». Il est essentiel de confier vos ressentis à votre entourage, y compris votre famille et autres soutiens, ainsi qu’à l’équipe de soins de votre enfant. Ces émotions changeantes peuvent coïncider avec certaines phases de l’expérience du cancer de votre enfant (diagnostic, période avant le début du traitement, pendant et après le traitement).

Le diagnostic est souvent un énorme choc pour toute la famille. Chacun tente alors de maîtriser au mieux ses sentiments : choc, peur, colère, tristesse et incrédulité.

Les effets du cancer d’un enfant s’étendent souvent à son entourage au sens large : enseignants, camarades de classe, voisins, et toutes les personnes en contact avec lui et sa famille au cours de la maladie. Tous ceux qui sont impliqués doivent bénéficier de conseils adaptés pour gérer au mieux cette période difficile. Les articles suivants contribueront à apporter l’aide nécessaire.

  • L’enfant atteint de cancer
  • Les frères et sœurs
  • Les autres proches et amis

Quelques conseils pour vous aider à faire face

S’il est impossible de préparer un parent à gérer un cancer chez son enfant, nous espérons que ces conseils pourront aider un peu.
> Documentez-vous autant que possible sur les cancers de l’enfance, leur traitement et les soins prodigués. Certaines personnes se sentent mieux si elles apprennent tout ce qu’elles peuvent à ce sujet. Posez-vous néanmoins cette question : souhaitez-vous savoir exactement à quoi vous attendre, dès le départ, ou préférez-vous découvrir les choses peu à peu ?

Vous trouverez ci-dessous quelques conseils:

  • Posez des questions. Au moindre doute, demandez des explications.
  • Demandez aux médecins qui s’occupent de vous où trouver les informations appropriées sur Internet. Certains sites ne sont pas fiables et fournissent des informations erronées susceptibles d’être dangereuses et très perturbantes.
  • N’essayez pas de vous montrer trop « courageux » et de faire face seul, de votre côté. Les médecins, le personnel soignant et l’ensemble du personnel de l’hôpital veulent vous aider. Parlez-leur, dites-leur comment vous vous sentez et demandez-leur de l’aide.
  • Demandez à votre famille proche et à vos amis de vous aider à accomplir les tâches du quotidien (cuisine, lessives, ménage, courses) et de garder vos autres enfants. Ils seront prêts à aider, mais ils auront besoin de directives. N’ayez pas peur de leur dire quoi faire !
  • Prenez soin de vous. Pour la plupart des parents, c’est ce qu’il y a de plus difficile, parce qu’ils sont focalisés sur les besoins de leur enfant malade. Pourtant, il est indispensable de trouver du temps pour vous et de ne surtout pas culpabiliser. Personne ne peut attendre de vous que vous vous occupiez de votre enfant si vous ne prenez pas d’abord soin de vous.
  • Essayez de parler de vos sentiments avec des personnes de confiance. La plupart des gens disent que cela les aide de partager leur tristesse, leur colère ou leur peur. Si vous sentez que vous avez besoin des conseils d’un professionnel, demandez à votre médecin traitant ou au travailleur social de l’hôpital de vous en recommander un. En effet, on s’épuise souvent à faire semblant d’aller bien. On finit par se fermer, alors qu’échanger et s’ouvrir aux autres permet généralement de se sentir bien mieux.
  • Créez une liste de diffusion par e-mail ou un blog pour les gens qui veulent savoir comment les choses se passent, ou demandez à un ami proche ou à un membre de la famille de tenir votre entourage informé (famille et amis). Il peut être pénible de donner en permanence des nouvelles de son enfant à tout le monde. Faites attention aux informations que vous donnez sur votre enfant : il ne souhaite peut-être pas que sa vie privée soit dévoilée à n’importe qui.
  • Passez du temps avec votre partenaire, votre famille et vos amis. Il arrive que les relations proches soient mises à mal lorsque l'un de ses enfants est atteint de cancer. Ainsi, il est important de continuer à communiquer et de conserver une certaine intimité, si possible.
  • Demandez des informations et de l’aide aux nombreuses associations de soutien aux enfants atteints de cancer et à leur famille.

> Vous trouverez ici les coordonnées de l’association membre du CCI la plus proche de chez vous, ainsi que d’autres ressources utiles.

Le contenu de l'article vous a aidé?