85

79

Une rentrée bien préparée !

Céline Dufranc

12/07/2021

3 min

Rentrée

C’est la rentrée. Comment s’y préparer au mieux ? Les conseils de nos experts Céline Rousseau-Salvador, psychologue à l’hôpital Trousseau et Marie-Christine Vercelli, coordinatrice de l’Ecole à l’hôpital dans le 94.

POURSUIVRE SA SCOLARITE, UNE PRIORITE

Nina, 15 ans, soignée pour un lymphome de Hodgkin depuis avril 2020, va faire sa rentrée en terminale. Malgré de fréquents séjours à l’hôpital pour ses traitements, elle a pu réviser chez elle et à l'hôpital, et passer son bac français grâce au robot lycéen.   Pour Céline Rousseau-Salvador, psychologue à l’hôpital Trousseau, « pouvoir poursuivre sa scolarité est une priorité, un projet de vie fondamental dans l’évolution psychique des enfants. Cela participe au maintien du lien avec leur école d'origine et permet de faciliter leur réinsertion après la fin du traitement. Ce qui est important, c’est de considérer vos enfants comme des enfants normaux ayant une maladie. Et de se projeter ». « Etre malade, et privé d’école en plus, ce serait la double peine ! », poursuit Marie-Christine Vercelli, coordinatrice de l’Ecole à l’hôpital dans le 94.

Tous les enfants attendent la rentrée avec impatience. C’est pourquoi le maître-mot c’est anticiper. La première chose à faire est de se rapprocher du médecin référent de votre enfant et vous mettre en lien avec les enseignants pour élaborer des pistes ensemble ». S'il s'agit d'une absence de courte durée, le professeur pourra mettre le travail de côté et faire en sorte de rattraper doucement le retard au retour de votre enfant. Si l'hospitalisation dure plus longtemps, des cours pourront être dispensés par des enseignants de l'Éducation Nationale ou des associations qui agissent en renfort dans l'enceinte de l'hôpital. Vous pouvez demander des aménagements par le biais d’un projet d’accueil personnalisé (PAI), qui pourra être revu et adapté au cours de l’année. Le médecin scolaire y sera associé ainsi que le chef d’établissement.

PREPARER SA RENTREE POUR MIEUX ANTICIPER

« Avant la rentrée, il est très important de préparer le cartable, de laisser votre enfant choisir ses fournitures », rappelle Céline Rousseau-Salvador. Quand c’est possible, il est conseillé que votre enfant fasse sa rentrée des classes le jour J, même pour une heure ou  une demi-journée. L’enseignant doit lui attribuer une place, en mettant son nom sur son bureau. Il pourra ensuite rejoindre l’hôpital ou son domicile pour se soigner mais il retrouvera sa place à son retour ». Tout au long de l’année, la scolarité de votre enfant devra être adaptée à sa fatigue et à l'organisation des soins, responsables d'un absentéisme répété. Le programme d'apprentissage doit définir des objectifs raisonnables que l'on pourra restreindre aux matières prioritaires si nécessaire. L'emploi du temps sera adapté « au jour le jour ». « Il y aura toujours une solution pour que votre enfant puisse suivre une heure, deux heures ou ½ journée de cours », insiste Marie-Christine Vercelli. Il doit faire ce qu’il peut ».

UNE SCOLARITE " A LA CARTE "

Cette scolarité aménagée « à la carte » est une scolarité « en réseau » : elle nécessite la concertation et la coordination des différents enseignants de l'école ordinaire, de l'école à l'hôpital et de l'école à domicile.

L'école ordinaire : son maintien reste parfois possible pendant le traitement. Lorsqu'il existe un risque infectieux lié au traitement, le retour à l'école d'origine ne sera pas possible temporairement. Cependant, cette école reste celle de l'enfant malade, et le lien avec l'enseignant et les camarades de classe doivent être maintenus par tous les moyens (lettre, journal de classe, visite en tout petit groupe en respectant les gestes barrières, appel en visio…. -

L'école à l'hôpital :
l'enseignant à l'hôpital va assurer la scolarité de l'enfant pendant l'hospitalisation, de l’élémentaire au lycée. Il va l'organiser et l'adapter pour qu'elle se poursuive à sa sortie. Il sera en contact permanent avec le(s) enseignant(s) de la classe d'origine, et/ou de l'école à domicile. De nombreux centres hospitaliers comportent des centres d’examen permettant au jeune malade, même lors de l’hospitalisation, de se présenter aux épreuves

L'école à domicile avec les services d’assistance pédadogique à domicile (SAPAD) : ces dispositifs départementaux de l’Education nationale sont destinés à fournir aux enfants et aux adolescents malades une prise en charge pédagogique au domicile. Selon les départements, les jeunes ont droit à avoir entre 3h et 6h par semaine. A l'issue de ses traitements, votre enfant reprendra une scolarité normale. Ce qui peut susciter un peu d’appréhension chez vous. « Comment va-t-il affronter le regard des autres ? », « aura-t-il le niveau ? ». Là encore, cela se prépare. « Faites confiance à sa capacité à se réintégrer dans quelque chose de normatif », rassure Céline Rousseau-Salvador. A l’hôpital, nous leur proposons des jeux de rôle pour faire face à la plupart des situations. Par exemple, à la question « Que faire si l’on m’arrache ma casquette ? », on imagine ensemble toutes les réponses possibles. Conserver un lien tout au long des traitements, afin que ses camarades suivent son évolution physique, peut faciliter les choses. Cela limitera l’effet « surprise » à son retour. L’avantage cette année avec la crise sanitaire, c’est qu’avec le port du masque obligatoire à l’école, ils sont comme tout le monde ». Votre enfant appréciera de se sentir un parmi les autres et de retrouver son groupe d’âge, ainsi que l’émulation qui l’encouragera à poursuivre son chemin et à regarder l’avenir. Avec confiance.

POUR INFORMATION

L'association L'école à l'hôpital

L’association, présente en pédiatrie et en médecine de l’adolescence dans plusieurs hôpitaux à Paris et en Ile-de-France, travaille en partenariat avec l’Education Nationale. Elle assure grâce à 500 enseignants bénévoles qualifiés un enseignement gratuit adapté au niveau et aux besoins des jeunes malades de 5 à 25 ans. Concrètement, une coordinatrice de scolarité fait le lien entre l’enfant, le corps médical et les enseignants bénévoles. A l’hôpital, le cours a lieu soit au chevet soit dans une salle. Les enseignants s’adaptent à l’état de santé de l’enfant : la durée du cours est très souple. La coordinatrice peut se mettre en lien avec l’équipe éducative de l’établissement du jeune et recevoir les cours dispensés par l’enseignant de l’établissement. L’association intervient également à domicile en complément du Sapad ou sans le Sapad et s’adapte à l’état de santé du jeune malade. Avec la Covid 19, certains cours se sont déroulés en visio. Brigitte Vié, professeur de mathématiques, en a fait l’expérience : « que ce soit en visio ou en présentiel, ce format sur-mesure est un moment privilégié qui permet vraiment à l’enfant de progresser et de se sentir « à l’école ». Un cours individuel est trois fois plus efficace qu’un cours collectif.

POUR VOUS AIDER

La FEMDH (Fédération pour l'enseignement aux malades à domicile et à l'hôpital) 
La CAF
Le CNED

Le contenu de l'article vous a aidé?