85

79

Comment parler à un enfant de son cancer

7 min

Il est tout à fait naturel de vouloir protéger un enfant et ses frères et sœurs en restant évasif sur un diagnostic de cancer. Toutefois, la plupart des enfants se rendent compte que quelque chose ne va pas à partir du moment où il faut régulièrement aller à l’hôpital, notamment pour des tests, et où ils manquent l’école et autres activités. Généralement, ils ont conscience des émotions de leurs parents. Ainsi, leur réaction à des annonces aussi bouleversantes dépend souvent de la manière dont leurs parents parviennent eux-mêmes à les gérer.

En cas de diagnostic de cancer, nous recommandons donc de rester ouvert et honnête avec les personnes jeunes. Le fait d’avoir des informations fiables et adaptées à leur âge peut les aider à comprendre ces changements et à les gérer. Néanmoins, il peut être extrêmement difficile d’avoir une discussion franche et honnête, surtout si vous avez vous-même du mal à faire face.

Si possible, il est conseillé que les deux parents parlent à l’enfant. Ainsi, ils se soutiennent l’un l’autre. Il est important de ne pas bombarder les enfants d’informations. Tout au long de la conversation, assurez-vous que votre enfant comprenne bien ce que vous lui dites. Veillez à ce que toutes les personnes qui comptent dans sa vie sachent ce qui a été dit. Soyez toujours cohérent et sincère. Et surtout, les adultes ne doivent jamais faire de promesse à un enfant s’ils ne peuvent pas la tenir.
Si les enfants savent ce que les adultes ressentent, ils pourront plus facilement exprimer leurs propres sentiments et émotions. Rassurez votre enfant en lui disant que ce qu’il ressent est tout à fait normal et qu’il sera toujours soutenu.
La quantité d’informations que vous partagez avec lui dépend de son âge et de sa maturité. Donnez d’abord des explications simples et repérez chez lui d’éventuels signes montrant qu’il veut en savoir plus. La première conversation sera suivie de bien d’autres : vous aurez l’occasion de lui donner plus de détails dès que le besoin s’en fera sentir.

À l’hôpital, l’oncologue pédiatrique, l’infirmier(-ère) clinicien(-ne) et le travailleur(-euse) social(e) s’occupant de votre enfant sauront vous guider pour mener au mieux ces conversations.

N’oubliez pas que toute votre équipe à l’hôpital est aussi là pour soutenir la famille. Le travailleur(-euse) social(e) vous informera sur les services de soutien disponibles, en particulier si vous avez besoin de couvrir de longues distances pour emmener votre enfant sur le lieu des soins.

Dès que possible, incluez votre enfant dans les échanges portant sur son traitement et sa guérison et encouragez-le à poser des questions. Il se peut que les enfants plus âgés et les adolescents souhaitent se documenter par eux-mêmes.

Le contenu de l'article vous a aidé?