85

79

Comment parler du cancer avec les amis et la famille ?

Les effets du cancer sur les relations avec les amis et la famille varient considérablement selon la proximité avec la personne concernée. Chaque famille communique et gère les choses différemment. Réfléchissez à la manière dont votre famille réagit habituellement en cas de crise et dont ses membres ont déjà géré d’autres situations difficiles. Ainsi, vous parviendrez plus facilement à mettre en place une stratégie pour communiquer des informations et demander du soutien.

Attendez-vous à ce que vos relations évoluent.

Nombreux sont les gens qui n’ont que peu d’expérience avec les maladies graves. Ils ne savent pas forcément quoi vous dire ou comment agir. Certains prennent peur quand vous leur annoncez que vous avez un cancer. D’autres ont peut-être perdu un être aimé en raison de cette maladie, et votre diagnostic ravive alors chez eux des souvenirs douloureux. C’est pour ces raisons que certains de vos amis ou membres de votre famille ne pourront vous apporter le soutien que vous attendez.

Même si cela vous fait de la peine, gardez en tête que leurs réactions peuvent être le reflet de leurs expériences et chagrins passés, et non d’une indifférence, ou autres, envers vous. Certains amis et membres de votre famille prendront leurs distances, quand d’autres vous surprendront par leur soutien à la fois physique et émotionnel tout au long de la maladie.

Faites le premier pas.

Certains amis et membres de votre famille éviteront peut-être de vous parler, parce qu’ils ne savent pas quoi dire. D’autres s’abstiendront d'évoquer le cancer, de crainte de vous bouleverser davantage. Si vous avez envie d'en parler, abordez le sujet avec eux. Dites-leur que vous pouvez en discuter. Rassurez-les en leur disant que vous ne vous attendez pas à des réponses et que vous avez seulement besoin qu’ils vous écoutent et essaient de comprendre ce que vous ressentez. De même, vous pouvez tout à fait leur dire que vous ne souhaitez pas aborder le sujet du cancer. Il arrivera parfois que vous préfériez parler d’autre chose et rigoler avec vos amis.

Laissez-les vous aider.

Bien souvent, les amis et la famille ne savent pas trop comment vous aider. Leurs tentatives sont parfois maladroites, mais généralement, l’intention est bonne. Il arrivera que vous vous sentiez bombardé de coups de téléphone, visites et autres conseils. Peut-être aussi que, par moments, vous aurez l’impression de soutenir les autres, alors que c’est vous et votre enfant qui en avez besoin. Soyez franc s’agissant de vos besoins, donnez des détails. Préparez une liste de tâches que les autres peuvent se charger de faire pour vous. Par exemple, demandez à des amis ou à des membres de votre famille de s’occuper de la lessive, de promener le chien ou de tenir les autres informés des avancées du traitement.  Ou dites simplement : « Le fait de savoir que vous êtes présents m’aide beaucoup. »

En période de grand stress, n’hésitez pas à demander à quelques amis ou membres de votre famille de transmettre de vos nouvelles aux autres (amis et famille). Non seulement cela limitera le nombre de personnes à qui vous devez parler, mais les gens comprendront mieux votre situation et vous apporteront plus facilement leur soutien. Certains parents créent une liste de diffusion par e-mail ou un blog pour ceux qui souhaitent avoir des nouvelles.

Posez des limites.

Il arrive que l’un des membres de sa famille ait de bonnes intentions, mais prenne « trop de place » et complique les choses. Dans une telle situation, vous ou un autre membre de votre famille proche devra poser des limites. Ce sera probablement délicat, mais il vaut toujours mieux être franc et honnête et faire savoir exactement ce qui aide et ce qui, au contraire, n’aide pas. Vous pourriez aborder le sujet en disant : « J’apprécie beaucoup ton soutien. Mais le fait que tu viennes tous les jours me fatigue un peu. La meilleure façon de m’aider, c’est de me rendre visite [tel jour ou telle heure]. »

Continuez à avoir une vie sociale.

Conservez autant que possible le lien social avec vos amis et votre famille. Vos amis pourraient penser que vous ne souhaitez pas être invité à un dîner ou autre événement. Faites-leur savoir qu’ils peuvent continuer à vous solliciter, si c’est l’option que vous préférez. De même, parlez-leur de vos limites physiques. La plupart de vos amis et des membres de votre famille seront ravis de prévoir des activités au calme, comme un cinéma ou un déjeuner chez vous. Enfin, n’ayez pas peur d’annuler si vous vous sentez fatigué sur le plan physique ou émotionnel.

Le contenu de l'article vous a aidé?